Qualité /Surveillance de la qualité de l'eau : normes & contrôles

Surveillance de la qualité de l'eau : normes & contrôles



L’eau doit respecter les exigences sanitaires
Elément indispensable à la vie, l’eau potable est soumise à des normes strictes fixées par le Code de la santé publique d’après les directives européennes du 15 juillet 1980 modifiées en 1998 (1). Ces normes correspondent à des exigences sanitaires optimales qui s'appuient généralement sur des études toxicologiques et des enquêtes médicales établissant les doses maximales admissibles (DMA), c'est-à-dire la quantité de telle ou telle substance qu'un individu peut absorber sans danger quotidiennement tout au long de sa vie.

Si l’exigence sanitaire est absolue (absence exigée) en ce qui concerne les résultats bactériologiques et la teneur en métaux lourds, dans d’autres cas (nitrates, fluor, pesticides, entre autres), les autorités sanitaires limitent la présence des agents à risque à des valeurs tolérables (valeurs seuils).

Différencier norme et seuil de toxicité

Ces valeurs correspondent non pas à un seuil de toxicité pour l'homme (seuil au-delà duquel le produit représente un danger pour la santé) mais selon l’AFSSA (2) à un "seuil de préservation de la ressource et de précaution" (norme) établi selon une véritable démarche scientifique de gestion du risque. Cette démarche repose sur :

la caractérisation du danger ;

►l’évaluation du risque ;

►la gestion du risque.

Cela signifie que la marge de sécurité entre la norme sanitaire et le seuil de toxicité est importante et qu'un dépassement limité et ponctuel de ces seuils ne présente pas un risque sanitaire pour les consommateurs.


(1) Directive du Conseil n° 80-778 du 15 juillet 1980 modifiée par la 98/83/CE du 3 novembre 1998, relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine. Son contenu a été transposé en droit français par le décret 2001-1220 (décret n° 2001-1220 du 20 décembre 2001 relatif aux eaux destinées à la consommation humaine, à l'exclusion des eaux minérales naturelles. Ce texte est désormais intégré dans le Code de la santé publique (article L 1321).

(2) Source : Unité de l’eau de l’AFSSA (Agence française de Sécurité Sanitaire des Aliments ).

Exemple

la teneur maximale dans l’eau tolérée par les autorités sanitaires pour l’atrazine (pesticide) est de 0,1µg/l ; le seuil toxicologique (dangereux pour la santé) de l’atrazine est de 2µg/l pour les adultes, 0,6µg/l pour les enfants et 0,4µg/l pour les nourrissons.

                 
                   GRAPHIQUES

portant sur le suivi de la qualité de l'eau, du forage au lieu-dit "La Noue-Plate" à Gazeran :